La chaussette un accessoire plutôt tendance !

chaussette nid d'abeille

Voici un petit article qui retrace l’histoire de la chaussette, sa fabrication et ses différentes formes. Tout cela pour vous montrer que cet accessoire de mode souvent délaissé devient un indispensable de nos jours ! Cet accessoire que nous, Sockin, avons voulu mettre en avant en vous proposant des articles de qualité et super stylés.

 

L’histoire de la chaussette

 

Aujourd’hui utilisée par tout le monde, la chaussette possède une histoire qui remonte à 2000 av. J.-C. Le mot chaussette vient de “chausse” qui au Moyen Âge étaient des culottes en laine ou en coton, si elles s’arrêtent aux genoux, on les appellent hauts-de-chausses, si elles s’arrêtent aux pieds on les appellent bas-de-chausses.

chaussettes dans l'histoireProgressivement, les hommes ont délaissé les hauts-de-chausses dès l’apparition du pantalon moderne et ont commencé à porter des mi-bas qui s’arrêtaient au-dessous du genou. Au XVI siècle, l’anglais William Lee invente la première machine à tricoter et installe en France la première manufacture de bas. Le tricot, par son élasticité, est effectivement beaucoup plus adapté que le tissage qui lui est beaucoup plus rigide. Les chaussettes ou bas étaient en laine ou en soie et toujours synonyme de grand luxe. A cette époque, la chaussette était maintenue par un fixe-chaussette, la simple élasticité naturelle du tricot ne suffisant pas. Cette technique a finalement aujourd’hui presque totalement disparu.

Au début du XIXe siècle, avec les premiers métiers circulaires, la chaussette devient le premier vêtement produit industriellement ! À la moitié du XIXe siècle, John Mercer invente le procédé de la mercerisation, des fibres de coton traitées pour obtenir un tissu plus solide et plus réceptif aux teintures.

 

La chaussette Aujourd’hui

 

Cet accessoire de mode fait partie de la famille d’habillement dénommée « bonneterie » car il s’agit d’un tricot circulaire. La chaussette est toujours tricotée ouverte et est fermée à sa pointe lors de l’opération de « remaillage ». Il existe donc trois grands procédés de remaillage et la finesse de ce remaillage varie en fonctions du niveau de finition :

  • Le remaillage « rosso », du nom de l’inventeur de la machine. La chaussette est enfilée à l’envers dans un rail où une machine coud sans prendre en considération les mailles et forme un trait de couture.
  • Le remaillage « Line Toe » est une forme intermédiaire entre le remaillage rosso et le remaillage à la main. Ainsi la machine coud entre les mailles.
  • Le remaillage à la main est la méthode la plus raffinée.

Les chaussettes se différencient en fonction de nombre d’aiguilles utilisées ce qu’on appelle la jauge du tricot. L’épaisseur du fil et le nombre d’aiguilles utilisées par la machine vont rendre le tricot plus ou moins épais ou lui conférer un aspect plus ou moins doux.

 

 

L’industrie de la Chaussette

La ville chinoise de Datang est spécialisée dans la production de chaussettes. Une paire de chaussettes sur trois vendues dans le monde est fabriquée à Datang. Le faible coût de main-d’œuvre permet aux usines chinoises de proposer les coûts de production les plus bas du monde.

En France, il reste quelques entreprises de fabrication de chaussettes : BleuForêt dans le département des Vosges, Labonal dans le Bas-Rhin, Kindy en Picardie et Broussaud dans le Limousin. Sockin a choisi Broussaud pour fabriquer ses chaussettes car la qualité du Made in France est reconnue dans le monde.

 

Quels type de chaussettes choisir ?

Il existe aujourd’hui plusieurs sortes de chaussettes privilégiées dans certain pays :

  • Mi-bas : très peu portées en France, elles sont adorées en Italie. Elle couvrent tout le mollet, permettent de porter des pantalons beaucoup plus courts.
  • Chaussettes : privilégiées en France, elles arrivent mi-mollet, cependant il en existe des plus courtes.
  • Socquettes : elles sont très courtes, laissent l’os de la cheville visible. Cela permet de mettre des shorts et d’avoir moins chaud en été
  • Socquettes invisibles : elles ne se vois pas du tout portées avec des chaussures. On a l’impression d’être pieds nus.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.